163. On avait tous des cravates marron, des grosses lunettes...

Publié le par Polo

Ceux qui connaissent les Fatals Picards et qui ont suivi l'actualité savent de quoi je veux parler.


Ca y est. Beaucoup pensaient que c'était déjà fait.
L'inspecteur le plus célèbre outre-Rhin a passé l'arme à gauche (mais pas trop vite quand même).
Oui, l'inspecteur Derrick est mort. Enfin, Horst Tappert est mort. Ca vous attriste je sais.

Oui, c'est celui de droite, vous avez jamais regardé Derrick ou quoi ?

Pourquoi j'en parle ? Parce que, voyez-vous, ma soeur et moi on a une tendresse particulière pour cette série qui dispute le haut du top 50 mention maison de retraite à Questions pour un Champion et Des Ch1ffr3s et des L3ttr3s
(preuve s'il en est que ce ne sont pas les geeks qui ont inventé le langage leet...).
Parce que ma soeur et moi, on aime les concepts. Et cette série, c'est un putain de concept. Qui a sacrément duré. L'illustration même du dicton chi va piano va sano, rien qu'à voir le nombre d'épisodes qu'il a tournés.
Comment ça vous voyez pas le concept ? Un policier ralenti, une ambiance kitschou seventies-eighties, des acteurs avec des "gueules", tout ce qui a marqué Derrick quoi !
Sans oublier des répliques qui tuent. "Harry, on va chez Ute Bergman, elle habite au 3 de la Palankenstrasse"
Il a même été décliné en dessin animé, le bougre.

Dans le dessin animé, y'a même de l'action !


Il est trop fort ce Derrick.
 
Ouais Horst, t'as la classe, vieux. Repose en paix.


Bonux Horst (et pas Traq) :


Fatals Picards - A l'enterrement de Derrick

Publié dans Divers et d'été

Commenter cet article

Champignon des tropiques, si c'est pas exotique ça ma bonne dame... 16/12/2008 17:43

Mais noooon, Polo, t'y es pas du tout, c'pas ça le concept chez Derrick... Ca, c'est ce que l'on croit percevoir si l'on fait partie de ces gens qui jugent de quelque chose en en ayant vu/lu dix minutes, de ces gens qui ne rigoleront jamais en lisant Madame Bovary (qui, je le précise à l'égard des fidèles de Polo qui liront ceci, EST un livre drôle), puisqu'ils ont décidé que "c'tait trop chiant, putain", et donc qu'ils ne le liront jamais, "ah, bah, pas de ça chez moi".Le concept, dans Derrick, c'est un truc de ouf qui va largement plus loin. Ce sont des exercices de style à tout bout de champ, comme une musique cheulou (oui, "cheulou", à donf) sur une voiture au ralenti (vraiment au ralenti, de manière positivement volontaire), des expérimentations de bruitages un peu dingues (non, je ne parle pas de la grosse voix de l'inspecteur), des gros plans, parfois suggestifs (et oui, en Allemagne aussi on sait s'amuser), bref, des trucs que personne n'aurait osé faire dans une série policière télévisée dans les années soixante-dix.Oui, des précurseurs, des avant-gardistes, c'est tout à fait ce que je veux dire.Le v'là, l'concept.