J'suis heureux

Publié le par Polo

Bah oui. Fallait s'y attendre. Il y a des choses auxquelles on n'échappe pas. C'est mécanique.

Je viens de revoir Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet. Et fatalement ça me met de bonne humeur, comme toujours. Et comme toujours j'ai les larmes aux yeux aux mêmes moments. C'est mathématique.
Comme à chaque fois que je revois les images des berlinois faisant s'écrouler un pan de mur en ce soir de 1989. Les embrassades entre est-berlinois et ouest-berlinois séparés depuis des dizaines d'années.
Comme quand j'ai vu Joyeux Noël, film magnifique sur la trêve dans les combats de tranchées pour le réveillon de Noël 1914 observée un peu partout sur le front franco-allemand.
Pareil pour ce mouvement de manifestations en 2002 où se sont regroupés sous la même bannière militants de gauche, de droite, anarchistes, communistes, défenseurs des droits des homosexuels, associations contre le racisme, associations lycéennes et étudiantes, et intervenants étrangers belges, allemands...

Bref, ce soir ça va.

Un autre truc qui m'a fait sourire, c'est Jamel disant que pour cette présidentielle on nous laissait le choix entre Mary Poppins et Joe Dalton. C'est bien trouvé.

Le gros moins : avoir vu Marine Le Pen justifier le coup de pub de son papa de candidat sur le thème de la sécurité routière, à savoir relever la vitesse limite sur autoroute à 150 km/h, supprimer les radars automatiques et le permis à points, augmenter le taux d'alcoolémie limite légal, autoriser l'amnistie pour toutes les contraventions "mineures". En bref, comment appâter le beauf irresponsable qui en a marre de se faire flasher par les radars made in Sarko superflic, à deux semaines et demi de l'échéance électorale. Déjà que je les portais pas vraiment dans mon coeur ceux-là, là je les trouve carrément irresponsables.
C'est vrai quoi, j'ai déjà perdu un oncle et un ami et failli perdre ma soeur et ma mère par des accidents de la route, et je ne pense pas être un cas isolé. La route tue, et les gens sont suffisamment irresponsables sur la route sans qu'on ait besoin de les inciter à l'être encore plus.


Portez-vous bien =)

Publié dans Divers et d'été

Commenter cet article

Polo 05/04/2007 22:13

Planck noster et quanta sancti. Amen.

champ 05/04/2007 19:52

(You was [a] killer, avec l'accent un tout petit peu américain.) (simple finalement.)
Je ne doute en aucun cas que Planck soit un bon gars. Grâce à lui mon honneur est sauf en allemand. Je bénis les quanta. Hum.

Poussin 05/04/2007 18:42

Polo, ton stage, il est plus facile à faire qu'à dire
Et puis planck c'est plutôt un bon gars, imagine que tu doives faire un jeu de mot avec boltzman (tiens, je citerais bien Eminem qui parle en fraçais sur ce coup là) ou encore avec minkowsky.
 

Champ 04/04/2007 21:50

C'est malin ça polo, à cause de toi j'ai pleuré toute seule comme une con dans la salle info, fort heureusement qu'en ces périodes de pré-concours il n'y a plus grand monde là-bas pour assister à ça. En plus juste avant j'avais eu une plutôt violente poussée de rage, me disant "mais qu'ils crèvent tous sur la route ces cons-là s'ils y tiennent vraiment, ce sera déjà ça de moins pour voter pour cet agitateur de foules décérébrées", poussée de rage qui aurait pu m'attirer des ennuis, sachant que j'étais à deux doigts de jeter l'écran qui était juste en face de moi, et puis mon voisin de gauche du moment (mais lui juste pour le fun) par la fenêtre POINT
Fais gaffe polo, 'faut pas jouer avec les nerfs fragiles de ta soeurette, surtout à la veille d'une khôlle d'allemand... (hé ! on roule sur deux roues là !)
.
+"N'empêche, tout phénomène de masse, comme l'a été ce film, amène à se poser des questions sur les questions que l'on se pose." Je trouve cette phrase anthologique (dans sa facture, puisque dans le fond je suis plutôt d'accord) (quoiqu'il ne faut pas, je crois, attendre les phénomènes de masses pour se poser des questions sur les questions que l'on se pose.)  _Anthologique voire concept. C'est dire.
 
.
Bon allez...à nous deux, mon cher Planck...(quelque chose comme : pour étudier Planck, il me faut savoir rester constante.) (ou : sors de ta planque, t'as une khôlle d'allemand !)
Oui, toi aussi, bonne nuit.

Poussin 04/04/2007 21:10

Effectivement, la fin de la période électorale implique les plus belles envolées lyriques, un peu comme un spot de pub de cinq secondes qui ne sert qu\\\'à t\\\'imprimer un slogan.
Même en considérant les enjeux de santé public et climatique, on ne saura plus jamais se passer du luxe d\\\'être indépendant. Il y aura donc toujours des victimes assises sur du cuir.
Et non non et non, je ne dirais pas du mal de ce brulôt moralisateur qu\\\'est anémie poulain, dans la mesure où chacun sait que lorsque le meilleur argument que l\\\'on ait est notre convistion, vaut mieux la fermer.
N\\\'empêche, tout phénomène de masse, comme l\\\'a été ce film, amène à se poser des questions sur les questions que l\\\'on se pose.
Mais lorsque ce phénomène porte sur des embrassades gratuites, c\\\'est tout de suite plus attrayant. Mais attention, faut pas abuser des hugs! Je suis pas un garçon facile moi, je couche que le premier soir.